Mon dos n’allait pas bien aujourd’hui non plus », a déclaré Hayden.

Soroka faisait son troisième départ de la saison. Il est arrivé après avoir accordé seulement deux points mérités en 11 1/3 de manches, mais a lutté contre les Mets, abandonnant trois coups sûrs et quatre buts. Il a été accusé de quatre points mérités en 2 1/3 de manches, la deuxième sortie la plus courte de sa carrière.

Malheureusement pour Soroka, il n’aura pas la chance de se rattraper cette saison.

Tout ce qu’il a fallu pour que la championne olympique de bosses Jennifer Heil se lance dans le sport, c’était une couverture de Sports Illustrated dans une station-service d’Edmonton il y a 28 ans.

Elle courait partout pour faire des courses avec sa mère à l’été 1992 lorsqu’une photo de l’heptathlète américaine Jackie Joyner-Kersee a attiré son attention.

Les pièces de théâtre féminines du mois de CBC Sports

“Cela m’a vendu”, a déclaré Heil à propos du numéro d’aperçu olympique de Barcelone de l’IS. “Une femme en couverture faisant son sport et se concentrant sur son visage. Elle était tout le paquet. C’était son corps, sa détermination féroce. À ce moment-là, j’ai su que je voulais aller aux Jeux olympiques. Je devais juste sortir et trouver un sport. “

Sur les 52 numéros publiés par Sports Illustrated cette année-là, quatre seulement présentaient des femmes en couverture. Mais un seul – celui de Joyner-Kersee – montrait une femme pratiquant réellement son sport. C’était suffisant pour déclencher un rêve chez Heil, neuf ans.

Alors imaginez ce que ce sera pour les jeunes Canadiennes de se voir au quotidien.

C’est exactement ce que vise CBC Sports. À la veille de la Journée internationale de la femme, le réseau s’engage à une couverture sportive équilibrée entre les sexes sur toutes ses plateformes.

«Nous nous engageons à offrir au public des chances égales de regarder, de lire, de rencontrer et d’entendre des héros sportifs féminins et, par conséquent, de permettre à plus de jeunes femmes de se visualiser en train de réaliser de grandes choses grâce au sport», a déclaré Chris Wilson, directeur général de CBC. des sports et des Jeux olympiques.

En plus de la diffusion hebdomadaire de Road to the Olympic Games, cet engagement se traduira par des flux numériques, des articles en ligne sur CBCSports.ca et du contenu sur les médias sociaux.

VidéoAnastasia Bucsis s’engage à raconter les histoires de femmes olympiennes canadiennesVidéoAlysha Newman s’engage à encourager les jeunes femmes à pratiquer des sports universitaires à l’école

Wilson a déclaré que cette priorité est déjà devenue un outil de prise de décision pour les événements qu’ils acquièrent et les histoires qu’ils poursuivent, ainsi que leur embauche et leur développement professionnel à l’avenir.

«C’est vraiment important», a déclaré Heil, qui est également analyste en ski acrobatique aux Jeux olympiques de la SRC et conseiller spécial de viaSport BC.

“De petits signaux au cours d’une vie peuvent avoir un impact important. Et ce n’est pas un petit signal. En tant que fille, se voir [à la télévision, sur le Web], au jour le jour ou de semaine en semaine, cela deviendra la nouvelle norme . “

Disparité entre les sexes dans la couverture du sport

Selon un rapport publié en 2016 par Canadian Women Sport, une analyse des principaux réseaux nationaux de sport du Canada en 2014 (français et anglais) a montré que la couverture du sport masculin l’emportait largement sur celle des femmes.

Sur environ 35 000 heures de programmes sportifs, seulement 4% présentaient des sports féminins, et environ 11% de la couverture était consacrée au sport mettant en vedette les deux sexes (quelque chose comme le patinage artistique ou l’équitation, par exemple).

Et ce fut une année olympique.

L’heptathlète Jackie Joyner-Kersee lance un javelot lors des essais d’athlétisme américains en 1992. Joyner-Kersee a remporté six médailles olympiques au cours de sa carrière, dont trois 1xbet perfect money d’or. (Don Emmert / AFP via Getty Images)

Ce même rapport suggère que la participation des filles au sport diminue de 22% lorsqu’elles atteignent l’adolescence. Cela signifie qu’un quart de chaque équipe de soccer, équipe de hockey ou équipe de natation abandonne pendant ces années d’adolescence impressionnables.

Quant à savoir pourquoi, certains des facteurs contributifs comprennent l’influence des pairs, le manque de soutien social, l’encouragement, le financement, des modèles de comportement positifs et la confiance en soi.

Cela s’infiltre dans l’âge adulte. En fait, 84 pour cent des femmes adultes ne participent pas du tout au sport.

André De Grasse s’engage à soutenir tous les rêves de sa fille

“L’un des éléments essentiels pour garder les filles dans le sport est la représentation”, a déclaré Heil. “Les rendre plus visibles aidera à résoudre ce problème.”

Cette annonce fait suite au lancement de la campagne numérique «I Commit» de CBC Sports, une initiative en partenariat avec Canadian Women Un sport qui demande au public d’accroître son soutien aux filles dans le sport en prenant leurs propres engagements à adopter des changements, en les publiant sur les réseaux sociaux et en incitant leurs amis, collègues et organisations à faire de même.

Cliquez sur le lecteur vidéo ci-dessus pour regarder le Championnat de saut d’obstacles, la Coupe internationale CNOOC de Spruce Meadows.

Eric Lamaze du Canada remporte le Grand Prix du Canada au barrageAperçuEric Lamaze revient dans la compétition alors que la saison de Spruce Meadows commence

 

 

 

 

 

Le Canadien Brent Hayden a fait une déclaration samedi soir alors qu’il poursuivait son retour, terminant troisième au 50 mètres libre masculin lors d’une compétition de la série Pro Swim samedi à Des Moines, Iowa.

Le joueur de 36 ans a réalisé un temps impressionnant de 21,97 secondes à sa troisième course après avoir mis fin à sa retraite de sept ans l’automne dernier. La championne du monde Caeleb Dressel (21,51) et son compatriote américain Nathan Adrian (21,88) ont été les seuls nageurs à battre le médaillé de bronze olympique de 2012.

Le nageur Brent Hayden sort de sa retraite avec une concentration renouvelée

Le temps de Hayden est tombé sous le temps olympique «A» de 22,01 qu’il devra probablement atteindre aux essais olympiques de Tokyo du 30 mars au 5 avril à Toronto.

Le natif de Mission, en Colombie-Britannique, détient la marque canadienne dans l’événement avec 21,73, établi en 2009.

Je peux maintenant dire que j’ai couru les 4 derniers grands noms de la génération: Popov, Thorpe, Phelps et maintenant Dressel … quel voyage.

– @ thebrenthayden

En octobre dernier, Hayden a jeté son dévolu sur les Jeux d’été de 2020 après des années d’absence de natation.

«J’ai pris ma retraite parce que je mettais fin à la pire année de ma vie», a déclaré Hayden à Scott Russell de CBC Sports depuis son domicile à Vancouver l’automne dernier.

Brent Hayden: le nageur canadien de retour pour un deuxième splash

Kierra Smith 6e au 200 brasse

«J’étais en spirale vers la dépression. Mon dos était en très mauvais état et constamment en spasme. Ceux qui m’entouraient et les plus proches de moi avaient créé un environnement toxique. J’ai obtenu cette médaille malgré tout. une bonne note pendant que je pourrais encore. “

Hayden, qui s’entraîne au centre de haute performance de l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver avec son ancien entraîneur Tom Johnson, est également le détenteur du record canadien des 100 et 200 m libre.

Chez les femmes, Kierra Smith, de Kelowna, en Colombie-Britannique, a terminé sixième de la finale du 200 brasse «A» féminin en deux minutes 28,31 secondes.

Kierra Smith rebondit pour remporter le 100 m brasse aux essais de natation canadiens

La saison dernière, la joueuse de 26 ans était membre de l’équipe féminine 4×100 quatre nages qui a remporté une médaille de bronze aux championnats du monde de la FINA et établi un record canadien.

Smith s’est qualifiée pour sa première finale olympique au 200 brasse et a terminé septième à Rio en 2016.

C’était quatre ans dans la fabrication.

Après avoir subi son plus grand chagrin aux Jeux de 2008 à Beijing, Brent Hayden du Canada est enfin médaillé olympique.

Le natif de Mission, en Colombie-Britannique, qui doit se marier le 19 août, a donné aux Canadiens leur première médaille dans la piscine en remportant une médaille de bronze au 100 mètres libre masculin mercredi à Londres.

Hayden a commencé en force et a terminé en 47,80 secondes.

«Ce soir, c’était juste [à propos] de creuser profondément dans mon âme», a déclaré Hayden. “J’avais cette poussée supplémentaire pour me pousser au-delà de ce dont j’étais capable. J’avais en quelque sorte l’envie d’embrasser le bloc de départ parce que je n’avais jamais su que je pouvais autant aimer Lane 7.”

L’Américain Nathan Adrian a remporté la médaille d’or en touchant le mur en 47,52, tandis que le favori pré-olympique James Magnussen, d’Australie, a remporté la médaille d’argent en 47,53. Le centième de seconde victoire était la marge la plus proche possible.

Hayden a été un pilier de cet événement, remportant le titre de co-mondial 2007, plus un éclat l’an dernier. Cependant, la déception à Pékin a toujours résonné chez le nageur de 28 ans car une erreur tactique lui a coûté une place en finale.

S’il avait nagé le record canadien de 47,56 secondes – une fois qu’il a réussi la première étape du relais 4×100 libre à Beijing – Hayden aurait obtenu une médaille de bronze.

Les problèmes de dos et d’épaule ont continué à limiter Hayden cette année, mais il était en grande forme mercredi, bien qu’il ait ressenti une certaine tendresse dans son dos pendant la matinée.

“Mon dos n’allait pas bien aujourd’hui non plus”, a déclaré Hayden. “[J’ai eu] trois ajustements de la colonne vertébrale pour essayer de le calmer.”

Au virage, il était deuxième en direction de l’arrivée. Il a admis avoir ressenti de la douleur dans les 25 derniers mètres sans l’avoir montré.

Hayden a maintenu son sang-froid pour devancer le double médaillé d’or de Londres Yannick Agnel, de 0,04 seconde, pour réaliser son rêve olympique.

“Il y a tellement de fois où vous pouvez rêver de quelque chose d’autre qu’un million sur un million et une fois cela ne se réalisera pas. C’est l’une des choses que j’ai eu la chance en tant qu’être humain de m’arriver, “a déclaré Hayden, qui a reçu sa médaille des mains du délégué canadien et du CIO Dick Pound.

Il faut rendre hommage à l’entraîneur-chef du Canada, Tom Johnson, qui a réalisé que Hayden devait améliorer ses départs afin de rendre possible une place sur le podium à Londres. Grâce au financement du programme canadien À nous le podium, Johnson a pu faire venir le Sud-Africain Roland Schoeman il y a environ 18 mois.

Le triple médaillé olympique, largement considéré comme l’un des meilleurs partants au monde à son époque, a travaillé avec Hayden sur ses départs pendant plusieurs mois.

L’un des principaux composants de la modification de l’approche de Hayden au bloc de départ était de rendre son entrée moins profonde, permettant une transition plus douce vers ses premiers coups.

La formation a fonctionné à merveille car Hayden a réduit au moins un 10e de seconde de son temps.

«Je crois honnêtement que Tom Johnson a fait preuve d’une grande patience pour affronter tout cela», a déclaré Byron MacDonald, analyste en natation à CBC Sports. «C’est un jeu de pouces et il a fallu littéralement des années pour pouvoir changer les départs de Brent.